Rire et lame de fond

George Dola, Éternelle folie : valse lente, couverture d’une partition composée par YK. Nazare Aga [1870-1942]

Dans le cadre d’un cycle intitulé « Puissances de la folie » organisé par la Bibliothèque nationale de France nous avons découvert le moyen métrage de la réalisatrice Perrine Michel : Lame de fond (projeté le 29 mai) qui a reçu de nombreuses distinctions1. Un public non averti peut penser de prime abord s’embarquer dans un documentaire introspectif : les paysages d’une campagne défilent tandis qu’une femme en voix off chantonne une comptine étrange.

Cette femme – Perrine Michel – confesse la vente d’une maison familiale où elle vient un temps poser sa caméra. Au travers de balades dans le jardin tapissé de feuilles mortes, d’explorations dans la bâtisse visiblement délaissée, Perrine Michel commence à déployer les souvenirs de l’enfance passée entre ces murs. D’abord lentement égrenés, des détails mettent en place une mécanique qui emportera brutalement le spectateur.

« Un jour, je comprends que ma famille est victime d’une machination politique obligeant les adultes à maltraiter les enfants. En tant que témoin, on m’incruste un micro dans la gencive. Puis on m’enferme. » -Perrine Michel, 2014

Derrière le tableau d’une enfance au cœur d’une communauté de soixante-huitards libérés, un cauchemardesque récit de viols et d’humiliations nous est en effet livré. Plus tard alors que le film se transforme en une mosaïque croisant les sons, les narrations et les formats (notamment d’étonnants passages en film d’animation d’objets et de papiers découpés, voir ci-dessous)2, on devine que tout cela n’est peut-être pas vrai.

Ce qui fascine et nous embarque, c’est le glissement vers la désorganisation et l’incoercibilité de pensées, en rupture avec notre réalité. Perrine Michel nous plonge dans une intense expérience de ce que peut être une « crise » (la psychose aiguë) avec tout ce qu’elle revêt d’incompréhensible mais aussi de réversible. En effet, tout au long du film l’humour pointe traduisant bien là l’existence, derrière la caméra, d’un regard rétrospectif lucide et acéré.

M.Kenna, Ascension complète de la lune, 2007

Clémence Harter – Stagiaire bibliothécaire à la BSF


Le film est consultable à la Bibliothèque François Mitterand

Ressources en ligne :

Pour en savoir plus sur Perrine Michel

  • Antonio Andreoli, Vertiges, formes de pensées et créativité en psychanalyse, Revue française de psychanalyse (vol. 42, n° 5-6 1978). En ligne sur Gallica
  • Sigmund Freud, Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa : dementia paranoïdes, Revue française de psychanalyse,                 (vol. 5, n°1 1932). En ligne sur Gallica
  • Noel Montgrain, Comment la réalité revient au psychotique, Revue française de psychanalyse (vol. 42, n° 5-6 1978). En ligne sur Gallica
  • Sacha Nacht, La structure inconsciente de quelques psychoses, Revue française de psychanalyse (vol. 5, n° 4 1932).  En ligne sur Gallica
  • Francis Pasche, Le bouclier de Persée ou psychose et réalité, Revue française de psychanalyse (vol. 35, n° 5-6 1971). En ligne sur Gallica

Disponible  à la BSF :

Pour compléter votre parcours de spectateur au cinéma:

Le ciel étoilé au dessus de ma tête – Ilan Klipper – 2018 – En salle depuis le 23 mai – Critique de Télérama


Crédits images :


Notes

  1. 2013 : États généraux du film documentaire – Lussas (France) – Expériences du regard. 2014 : Scam – Paris (France) – Prix de l’œuvre d’art numérique. []
  2. Installation réalisée par Perrine Michel dans le cadre d’une exposition collective Traits Humain à Libourne (2013) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.